dimanche 1 février 2015   
accueil > La SAF et vous > Lettre Internet




Contact SAF
Tél. : 01 44 53 15 15
saf(a)saf.asso.fr




Lettre Internet
facebook
VENDREDI 16 JANVIER 2015
Lettre saf agr'iDées n°578
UNE IDÉE, UN POINT DE VUE
Comment repenser ensemble nos filières laitières et saisir les opportunités actuelles ?
A deux mois de la fin des quotas laitiers qui ont fonctionné pendant 30 ans, nous passons d’un système administré, protégé par divers outils de régulation de la PAC, à un système d’économie de marchés. Le  moteur n’est plus l’offre nationale ou européenne, mais la demande. Cette dernière est mature en Europe et reste élevée, et elle est en pleine croissance dans les pays tiers. 

Comment nos filières vont-elles s’adapter à ce nouveau contexte ? Le nouveau colloque organisé par le think tank saf agr’iDées le mercredi 21 janvier 2015 intitulé « Lait : stratégies et opportunités gagnantes », apportera espérons-le des éléments de réponse, en démontrant que la filière française a de nombreux atouts pour relever les défis et saisir les opportunités d’aujourd’hui et de demain. 

Quelles sont les stratégies nationales de nos principaux concurrents sur les marchés mondiaux pour répondre à cette demande et saisir les opportunités d’aujourd’hui ? Nous entendrons dans une première table ronde les principaux exportateurs de lait au niveau mondial : Nouvelle Zélande, Allemagne, Irlande, Pays-Bas.
 
Quelles sont les atouts et les stratégies de l’industrie laitière française et européenne ? L’association des industries laitières européennes (European Dairy Association) viendra apporter des éléments précieux sur les stratégies de l’industrie laitière européenne. Une seconde table ronde fera le tour des grands enjeux nationaux, économiques et territoriaux. Deux des principaux acteurs de la transformation laitière nationale, Lactalis et Sodiaal, témoigneront de leurs rôles et stratégies, le premier en tant qu’entreprise privée, et le second en tant que coopérative. 

Pour situer le débat à l’échelle de l’exploitation laitière, la dernière table ronde présentera différentes options stratégiques dont disposent les éleveurs laitiers pour maximiser leurs marges, chacun situé dans des contextes économiques et territoriaux bien spécifiques.

A relever enfin qu’à l’occasion de cet agr’iDay, une nouvelle note de think tank sera également diffusée, issue du groupe de travail mis en place par saf agr’iDées sur le thème « La production laitière : peut-on concilier économie et territoires ? », et fruit de l’audition de nombreux acteurs de la filière laitière tout au long de l’année 2014. 

Assurément, la filière lait n’a pas fini de se réinventer !

Au plaisir de vous retrouver pour en débattre le mercredi 21 janvier prochain.

Philippe FAUCON  est administrateur de saf agr’iDées 

Réagissez à cet édito

Pour « liker » ou « twitter » cet édito, cliquez ici !


AGENDA
Agr’iDay - 21 janvier 2015 « Lait : opportunités et stratégies gagnantes »

Lait : opportunités et stratégies gagnantes

Mercredi 21 janvier 2015

9h30-17h00

Amphithéâtre Bourgogne

8 rue d'Athènes

75009 Paris



SAVE THE DATE : 23 février 2015 Rencontre internationale au SIMA organisée par saf agr’iDées
« Un financement innovant de la production agricole : les Paiements pour services environnementaux (PSE) »

SIMA 2015
Parc des Expositions de Paris Nord-Villepinte
Agri Center - Mezzanine du Hall 4
Lundi 23 février 2015
14h30 – 17h30


Intervenants et participants seront invités à échanger leurs réflexions sur une rémunération positive de la production agricole en matière d’environnement et sur la faisabilité d’un tel dispositif. Avec les témoignages d’acteurs économiques engagés sur ces projets et de représentants de pays européens invités à l’occasion.

RETENEZ LA DATE !
FOCUS
Devenez acteurs de l’expertise !
Tout en poursuivant les travaux et réunions de ses groupes de travail mis en place en 2014, saf agr'iDées lance en 2015 trois nouveaux groupes de réflexion sur plusieurs thématiques où l’expertise et les compétences de ses adhérents sont les bienvenues !
 
« Se nourrir cela s'apprend »
Responsable : Gérard Laloi
Thématiques : Alimentation et consommation / Agro-alimentaire et agro-industrie

Aux termes de plusieurs de nos travaux (entre autres notre “agr’iDébat” sur le comportement des jeunes en matière de nourriture, notre “agri’Day” sur l’étiquetage nutritionnel), la culture alimentaire et, en particulier, son enseignement, sa transmission, s’est révélée l’enjeu fondamental et prioritaire. Mieux comprendre ses besoins en termes d’alimentation, mieux interpréter les informations nutritionnelles mais aussi ludiques, mieux agir en harmonie avec son corps, réclament de la connaissance, de l’éducation.
C’est dans cet esprit que professionnels de la filière, enseignants et familles peuvent et doivent jouer un rôle déterminant dans le développement d’un véritable plan de formation à la culture alimentaire : “SE NOURRIR, CELA S’APPREND”.



« Quelle indépendance énergétique pour les entreprises agricoles ?»
Responsable : Patrick Ferrère
Thématiques : Développement durable / Gestion de l’entreprise agricole

Dans le cadre de la multifonctionnalité qui la caractérise, la production agricole française, à l’instar de son voisin allemand, entend faire valoir l’intérêt qu’elle représente comme productrice d’énergies. Photovoltaïque d’abord, méthanisation ensuite sont des opportunités que de nombreuses entreprises agricoles ont saisies ou souhaitent saisir. Des opportunités qui contribuent à la transition énergétique française tant dans sa volonté d’encourager le développement des énergies renouvelables, que de favoriser une plus grande autonomie énergétique des territoires.
Pourtant, nous sommes face à des dossiers lourds, intéressant certes les producteurs mais aussi nos entreprises de transport et de distribution d’énergie. Par ailleurs, ce sont l’ensemble des consommateurs français qui se trouvent concernés, en particulier en raison de l’impact des énergies renouvelables dans le tarif de l’électricité par la CSPE (Contribution aux charges de service public de l’électricité). Pour saf agr’iDées et avec les apports d’un groupe de travail, nous estimons qu’au-delà, il y a un atout important à jouer pour les entreprises agricoles : celui de devenir d’abord indépendant pour son énergie en étant son propre producteur avant d’envisager des ventes de productions dont le niveau de prix reste aléatoire.



« Quels modèles de développement pour les DOM ? »
Responsable : Gérard Matheron
Thématiques : Politiques agricoles / Recherche, innovation et technologies

Les filières agricoles demeurent un des piliers du développement des territoires d’Outre-Mer et y représentent un des principaux employeurs privés de main-d’œuvre. Les besoins des marchés locaux sont importants en produits alimentaires, mais les productions de bananes et de canne à sucre y restent prépondérantes. A cette demande locale, nous pouvons ajouter les opportunités offertes par les marchés des pays voisins et zones de chalandise. Les efforts de « diversification » des productions agricoles se sont souvent soldés par des échecs. Ces dernières années, sans remettre en cause l’indispensable place de la banane et de la canne à sucre, des réseaux de diversification sont expérimentés.
Le groupe de travail que saf agr’iDées met en place a pour objectif, avec les acteurs concernés et en examinant les potentialités des filières agricoles et les accompagnements financiers disponibles, d’explorer, en analysant le passé et en examinant les initiatives les plus récentes, les modèles envisageables de développement des filières agricoles dans les Outre-Mer.



Vous souhaitez rejoindre l’un ou plusieurs de ces groupes ?
Devenez adhérent !

contact : Christelle VASSEUR
Tél. 01 44 55 15 11
vasseur@saf.asso.fr

BRÈVES
Choix alimentaires : sauver le monde ou se sauver soi-même ?
Un article récemment paru dans "The New Yorker" et signé de John Lanchester, fin gourmet et critique gastronomique britannique revient sur les dimensions identitaire et politique de l’alimentation. Selon lui, nous serions allés trop loin dans la symbolique et il serait temps de revenir à des choses plus simples et plus pragmatiques : se nourrir, c’est d’abord se sauver soi-même, avant de sauver le monde… 

Morceaux choisis : « Les gens en sont venus à utiliser la nourriture pour exprimer et définir comment ils perçoivent leur identité. (...) Il y a bien longtemps, l'alimentation parlait de nos origines. Aujourd'hui pour beaucoup d'entre nous, elle parle de là où nous voulons aller - qui nous souhaitons être, comment nous choisissons de vivre. L'alimentation a toujours été une forme d'expression de l'identité, elle-même plus souple et plus fluide à présent. Elle change avec le temps, en réponse à des pressions différentes. (...) Les modes et les tendances alimentaires peuvent paraître idiotes et superficielles mais touchent à quelque chose de plus profond : notre capacité à choisir qui nous voulons être. (…) Se nourrir est devenu anxiogène. (…) Les gens se sentent jugés du fait de leurs choix alimentaires, et ils ont bien raison, car ils le sont ! (…) L’alimentation relève tout autant de la politique et de l’éthique que de la subsistance. Les gens se sentent obligés de faire leurs achats et de se nourrir de manière responsable, bonne pour la santé, durable. C’est au moins l’impression que l’on a en lisant ce qui s’écrit sur la culture alimentaire : que c’est un substitut à la politique. Pour certains, cela va même au-delà : c’est la véritable politique, la plus urgente et la plus impactante. (…) Il y a une idée très bouleversante et généreuse dans le fait de penser que lorsque nous achetons du maïs d’été, des variétés de tomates anciennes, ou du poulet bio élevé en plein air, ces actions ont un sens politique. Avec ces choix, nous nous imaginons contribuer à sauver le monde, chacun à sa petite échelle. C’est une idée formidable, mais je ne peux y souscrire. Ce n’est pas ainsi que l’on peut nourrir la population mondiale. Pour cela, nous avons besoin de l’agriculture industrielle. Cela ne remet pas en question la vertu individuelle de nos choix de consommateurs, mais cela signifie qu’ils ne vont pas bien loin pour rendre le monde meilleur. Si les choix des consommateurs, actes minuscules, sont les actes les plus chargés de sens dans nos vies, alors peut-être que l’on ne réfléchit pas, qu’on n’agit pas à suffisamment grande échelle. » © M-C.H-D. / saf agr’iDées  

Comment faire du crowdfunding un levier de développement des territoires ?
Cette question était posée lors des deuxièmes assises de la finance participative à Bercy le 11 décembre 2014. Plusieurs acteurs de la filière, réunis en table ronde, apportaient des éléments de réponse à cette question. Les chambres de commerce et d’industrie préparent de leur côté les chefs d’entreprises à l’utilisation de nouveaux modes de financement. La Banque publique d’investissement déploie des formations pour ses chargés d’affaires territoriaux sur le financement et l’aide à l’innovation, et le groupe bancaire BPCE se positionne quant à lui comme fournisseur des plateformes participatives. Les régions encouragent aussi les acteurs de leur territoire à innover en matière d’ingénierie financière. La région Pays de la Loire était par exemple la première à lancer un emprunt populaire auprès de particuliers à la recherche d’une épargne utile. Plus de 180 millions d’euros ont été réunis pour financer un plan anti-crise à destination des petites et moyennes entreprises. Parallèlement à cette démarche, la région a cherché à définir ce qu’est une entreprise responsable et a modifié ses appels d’offres pour retenir ce type d’entreprises (parfois engagées dans une démarche RSE). Les rencontres de droit rural nous présentaient également comment la caisse des écoles du 5ème arrondissement de Paris a rédigé ses appels d’offres de façon à sélectionner les entreprises à faible bilan carbone et production de qualité.

Le développement des territoires s’impose donc comme une réponse supplémentaire à la question posée lors de notre débat du 4 novembre dernier intitulé « Finance participative et agriculture : quelles opportunités ? » © S.L. / saf agr’iDées
ANALYSES
Agroforesterie : des obstacles juridiques à son développement dans le statut du fermage
L’agroforesterie rencontre des obstacles juridiques de taille pour son développement, dès lors que le projet est porté par un exploitant preneur à bail. Les parcelles où se pratique l’agroforesterie étant considérées comme des parcelles agricoles, elles relèvent donc du statut du fermage, qui n’a jamais fait l’objet d’une adaptation pour prendre en compte cette méthode culturale bien spécifique…  ©J-B. Millard / saf agr’iDées

Cette analyse est réservée aux adhérents. Pour accéder à l’Espace adhérent, munissez-vous de votre identifiant (code adhérent AA... ou e-mail) et de votre mot de passe.

Pour adhérer ou renouveler votre adhésion, cliquez ici!


TTIP : tirer le meilleur parti de la mondialisation, au-delà des peurs sociétales
Les négociations commerciales et d’investissement transatlantiques (TTIP) actuellement en cours entre l’Union européenne et les Etats-Unis font l’objet de nombreuses critiques. Au-delà des points techniques qui sont montrés du doigt par ses détracteurs, c’est finalement le principe-même de la mondialisation de l’économie qui est rejeté par un certain nombre d’organisations non gouvernementales aux préoccupations sociétales… © M-C.H-D. / saf agr’iDées

Cette analyse est réservée aux adhérents. Pour accéder à l’Espace adhérent, munissez-vous de votre identifiant (code adhérent AA... ou e-mail) et de votre mot de passe.

Pour adhérer ou renouveler votre adhésion, cliquez ici!


Nouvelles plantes biotech, biotechnologies "post-OGM" : nouvelles techniques, nouvelles valeurs
Qu’est-ce-qui se cache derrière ces appellations ? Les OGM ne sont-ils plus d’actualité ? Aurait-on trouvé quelque chose de nouveau pour les remplacer ? La réponse réside finalement tout autant dans les valeurs incarnées par les plantes biotech actuellement émergentes que dans les nouvelles technologies utilisées pour les produire… © M-C.H-D. / saf agr’iDées

Cette analyse est réservée aux adhérents. Pour accéder à l’Espace adhérent, munissez-vous de votre identifiant (code adhérent AA... ou e-mail) et de votre mot de passe.

Pour adhérer ou renouveler votre adhésion, cliquez ici!

SUR LE WEB
Appel au vote pour le Prix de la communication sur la PAC 2014 !
La Commission européenne organise le Prix de la Communication sur la PAC. Ce prix a pour objectif de présenter les meilleurs exemples de bonnes pratiques en matière de communication sur la Politique Agricole Commune dans trois catégories : communication aux parties prenantes, au public ainsi que la communication innovante. 

Pourquoi une coopérative ?
Coop de France a réalisé un film d’animation, intitulé « Pourquoi une coopérative ? », pour présenter au grand public l’intérêt du modèle coopératif qui place les personnes au cœur du projet. De nombreux entrepreneurs et citoyens font la démarche de se regrouper au sein d’une coopérative pour sortir de l’isolement, mutualiser les coûts, partager les savoir-faire et pratiquer la solidarité. 


Quelle industrie pour demain ?
La Fabrique de l’Industrie vient de publier un nouvel ouvrage intitulé « L’Industrie, notre avenir ». Il propose des regards croisés de praticiens et d’experts sur les nouveaux défis de l’industrie et les mutations du travail et des organisations.
LE CHIFFRE DE LA SEMAINE
41
C’est le pourcentage de femmes ayant déclaré se soucier des informations nutritionnelles (+16 points par rapport au même sondage de 2004) dans une étude réalisée pour le groupe Mondadori France pour le lancement de son nouveau magazine « Vital Food ». En 10 ans, les consommatrices qui choisissent les produits alimentaires en fonction de leur composition sont devenues majoritaires (60% en 2014 vs 37% en 2004),  74% se déclarant très attentives à la notion de santé (+5 points vs 2011). L’étude, intitulée « Profood for Prosumers », révèle les tendances de l’alimentation en France, où le «  prosumer », expert dans l’art d’équilibrer son alimentation entre plaisir et santé, semble remplacer peu à peu le simple « consumer »… © M-L.H. /saf agr'iDées

A noter que saf agr’iDées lancera le 22 janvier prochain un nouveau groupe de travail intitulé « Se nourrir, cela s’apprend ». 

LA REVUE
Le numéro 214 est paru !
Au sommaire : 

EDITORIAL 
Faire reconnaître nos entreprises agricoles au sein des nouvelles régions

FORUM
Finance participative et agriculture : quelles opportunités ?
Florian Breton, président et fondateur de MiiMOSA, site de financement participatif
AGRICA, un assureur engagé
Quel marché pour les produits de biocontrôle ?
Regard sur ... la filière sucrière
Les pratiques agroenvironnementales spécifiques des "farmers" américains
Les marchés agricoles à l'horizon 2024

DOSSIER 
Agriculture et territoires

ENTREPRISE
Le programme AKER stimule la recherche betteravière
La PAC dans tous ses Etats
La forêt, un placement à long terme
Loi d'avenir, régionalisation : quels impacts sur l'entreprise agricole ?
La dotation pour aléas, revue par saf agr'iDées
Les producteurs agricoles face au marché

SAF AGR’IDEES
SAF-Club de Chartres : innovation boulangère et débat autour de l'agriculture
L'individu au coeur de l'innovation
Les nouvelles publications de saf agr’iDées

CULTURE
De la fabrique au marketing de la peur

EVÉNEMENTS
Petit déjeuner débat : « l’information au cœur de la stratégie des organisations »
Le 22 janvier 2015 à Paris. Matinale de l’intelligence économique et stratégique organisée par l’Observatoire des think tanks et Europresse.com en partenariat avec l’Arist de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris Ile-de-France. Think tanks, entreprises et institutions participeront à cette rencontre.

« Agriculture & Société : regards croisés sur la biodiversité »
Le 22 janvier 2015 à Paris. Organisée par le Forum des Agriculteurs Responsables Respectueux de l’Environnement (FARRE), ces 17ème Rencontres porteront sur la biodiversité. A partir d’exemples concrets, la profession agricole et les autres acteurs de la société confronteront leurs analyses, leurs points de vue et leurs différences d’approches.

Conférence-débat : « think tanks : entre aide à la décision et débat public »
 Le 22 janvier 2015 à Paris.  A l’occasion de la publication par l’Université de Pennsylvanie du Global Go To Think Tank 2015, principal classement international des centres de recherche, et par, l’IRIS, d’une étude portant sur les politiques de soutien à la recherche stratégique de différents pays, L’IRIS organise une conférence-débat sur le rôle et l’utilité des instituts et fondations, à la fois fournisseurs d’analyse et de conseils auprès des décideurs et décrypteur du débat pour le grand public. 

« L'Autorité environnementale : après 5 ans et 400 avis sur des grands projets, quel bilan ? »
Le 27 janvier à Paris (3ème). Pour son premier café-débat parisien de l’année,  l’Afie a convié Michel Badré, Président de l’Autorité environnementale nationale de 2009 à 2014.

7ème Rencontres Internationales de l’agriculture durable
Le 29 janvier 2015 à Paris. Organisée par l’Institut de l’agriculture durable, cette nouvelle édition des Rencontres Internationale de l’agriculture durable, intitulée « Agriculture durable, la clé du sol », souhaite mettre en avant l’importance du sol. 
CONTACT
« Saf agr’iDées »
Ont participé à ce numéro : Philippe FAUCON, Marie-Cécile HENARD-DAMAVE, Marie-Laure HUSTACHE, Sophie LANGE, Jean-Baptiste MILLARD et Christelle VASSEUR.

Pour l’abonnement à notre lettre, veuillez cliquer sur ce lien. En cas de changement d’adresse, merci de vous désabonner de votre adresse actuelle puis de vous abonner à nouveau en précisant votre nouvelle adresse de messagerie électronique.

Pour toute remarque ou suggestion sur le contenu de la lettre, n’hésitez pas à nous faire parvenir votre message.

Contact : saf@saf.asso.fr

Think Tank saf agr’iDées
8, rue d’Athènes
75009 PARIS
Menu 2
  
© 2015 SAF-agriculteurs de France | MENTIONS LEGALES  | PLAN DU SITE
La Revue La Lettre Internet L'Agenda Espace Presse Contacts